Réseau Finance » Chroniques financières » Que faire en temps de krach ou de correction boursière?


Que faire en temps de krach ou de correction boursière?

Avoir des investissements en bourse n'est pas toujours une chose facile pour le moral. C'est pour cette raison qu'une des plus grandes qualités d'un investisseur boursier est sa tolérance vis-à-vis les soubresauts des marchés.

Que faire en temps de krach ou de correction boursière?

Cet article s'adresse à ceux qui possèdent des actions sur les marchés boursiers et qui ont une vision d'investissement à long terme. Ceci ne s'adresse pas à vous si vous êtes un investisseur de type « day trader » ou « swing trader » (achat et vente d'actions sur une courte période de temps).

En bourse, il existe des périodes que nous pouvons qualifier de « corrections boursières », ceux-ci peuvent durer quelques jours ou semaines et dans certains cas plusieurs mois. Les corrections arrivent souvent après une série importante de séances positives, ils viennent rappeler aux marchés et surtout aux investisseurs qu'il n'est pas toujours aussi facile de s'enrichir dans ce domaine.

Prioriser une vision à long terme

Voir son portefeuille baisser radicalement de jour en jour n'est pas une situation facilement gérable et c'est à ce moment qu'il faut relativiser ses pertes et voir la situation dans l'ensemble et sur une grande période. Il faut comprendre premièrement que vous n'avez rien perdu tant que vous n'avez pas vendu vos titres. Vous ne perdez pas 10$ par action si par exemple un titre « A » est acheté à 12$ et qu'après plusieurs mois il atteint 34$ pour subir une correction à 24$. Vous avez toujours un gain de 12$ sur votre titre et surtout, vous ne l'avez toujours pas vendu!

Vendre en situation de correction boursière et exactement ce qui vous fera perdre de l'argent. Il n'y a pas de moment idéal pour vendre. En fait, le seul moment qui pourrait vous faire décider de vendre est si vous ne croyez plus en la compagnie dans laquelle vous avez investi. Ne laissez pas les marchés décider pour vous. Idéalement, il faut se fixer des objectifs dès l'achat d'un titre pour ne pas céder aux pressions des corrections.

Ne pas vendre sur le coût de la panique

La clé est d'évaluer ses gains et ses pertes sur une longue période de temps. Prenez l'exemple d'une maison. Une maison payée 290 000$ et vendue 360 000$ plusieurs années après aura subit des variations de valeurs importantes. Il est difficile de l'évaluer, mais il est fort probable que celle-ci soit passé par plusieurs phases au niveau de son évaluation. Allez-vous céder à la panique si son évaluation passe de 330 000$ à 310 000$? Probablement pas, car il est fort possible que vous vous en rendiez même pas compte!

Dernier conseil, comme vous investissez à long terme, essayez de ne pas consulter l'état de vos placements chaque jour ou pire, plusieurs fois par jour. Gardez une perspective mensuelle pour évaluer votre portefeuille. Aujourd'hui, Internet permet de suivre en temps réel les variations de son portefeuille et ceci a un effet pervers pour l'investisseur à long terme. Il y a à peine quelques années, il fallait attendre le lendemain matin pour voir les cotes de la veille et la fin du mois pour connaître l'état de son compte. C'était le remède idéal pour ne pas céder à la panique!

Publication Réseau Finance : 2018-02-19

À lire également sur Réseau Finance


Le répertoire financier du Québec :