Réseau Finance » Chroniques financières » Qu'est-ce que le swing trading?


Qu'est-ce que le swing trading?

Investir dans les marchés boursiers n'est pas une chose facile. Pour compliquer l'exercice, il y a plusieurs approches qu'une personne peut avoir pour faire fructifier son argent. Une de celle-ci, qui existe depuis très longtemps, est le « swing trading ».

Qu'est-ce que le swing trading?

Contrairement au « day trading » qui est très connu et qui consiste à ouvrir et fermer (vendre et acheter) des titres dans la même journée, le « swing trading » consiste à détecter les tendances des marchés et à profiter de ceux-ci en gardant ses actions pour une période variant de quelques jours à plusieurs semaines.

Tenter de prévoir les tendances du marché

Le « swing tradeur », si nous pouvons l'appeler ainsi, devra établir si le marché boursier est stable, haussier ou baissier. Il y parviendra de plusieurs façons comme par l'analyse technique des graphiques, des résultats financiers à venir et même des nouvelles politiques ou autres qui peuvent influencer les résultats boursiers. Une fois cette tendance bien identifiée, l’investisseur placera ses pions en conséquence et misera sur une hausse ou une baisse (vente à découvert) d'un ou de plusieurs titres. Si selon lui aucune tendance n'est prévisible, il restera sur ses positions dans l'attente d'une prochaine opportunité.

Des avantages indéniables

L'avantage principal du « swing trading » est d'avoir un certain contrôle sur ses pertes et ses gains. En effet, même si une position s'avère déficitaire, l'investisseur aura souvent établi un plan qui lui permettra de les réduire et de passer à autre chose. Comme l'investissement n'est pas une science exacte, plusieurs « swing tradeur » évitent les pertes importantes en établissement un plan de sortie dès l'achat des titres. Par exemple, si le titre « A » baisse de plus de 5%, il sera automatiquement vendu et cette position aura simplement été déficitaire. Cette technique aura aussi comme effet positif de ne pas exposer les avoirs de l'investisseur à d'éventuelles corrections boursières.

Même principe pour les gains. Contrairement à l'investisseur traditionnel, le « swing tradeur » n'aura pas de remords à vendre ses titres et à empocher un profit après une certaine progression ou une nouvelle évaluation des tendances.

Des inconvénients à considérer

Comme il n'y a rien de parfait dans ce monde, le « swing trading » a aussi des inconvénients. Le plus important étant de manquer une hausse soutenue d'un titre en le vendant en plein milieu de sa progression. Reprenons l'exemple de notre titre « A », une erreur pourrait survenir si celui-ci présente des gains de 7% depuis son achat et que l'investisseur juge qu'il est temps de prendre son profit.

En effet, rien n'indique que ce titre n'est simplement pas en plein milieu d'une ascension qui aurait pu aboutir en des gains de 50% sur une plus longue période. C'est ici qu'un plan d'investissement à long terme pourrait s'avérer plus rentable que le « swing trading ». Un autre inconvénient qui est à considérer est le coût annuel du nombre élevé de transactions. Le « swing tradeur » devra calculer et soustraire l'impact de ces coûts à son rendement annuel.

Un profil investisseur bien spécifique

Sans être aussi exigeant que le « day trading », le « swing trading » n'est pas pour n'importe quel type d'investisseur. Contrairement à l'investisseur classique qui se base sur le long terme, le « swing tradeur » devra avoir une excellente connaissance des marchés en plus d'investir quelques heures par semaine sur son portefeuille.

Publication Réseau Finance : 2017-03-07

À lire également sur Réseau Finance


Le répertoire financier du Québec :