Réseau Finance » Chroniques financières » Coût de l'assurance auto


Coût de l'assurance auto

Le principe est immuable en matière d'assurance : plus le risque est grand, plus la prime est élevée.

Coût de l'assurance auto

Le principe est immuable en matière d'assurance : plus le risque est grand, plus la prime est élevée. Cependant, rien n'est plus fluctuant qu'un tarif d'assurance auto, soumis à divers facteurs influant à la hausse comme à la baisse. Les connaître peut vous aider à gérer vos primes.

Le prix de l'assurance auto varie en fonction du véhicule et des risques liés

Plus la puissance du véhicule est élevée, plus vous risquez des accidents importants qui occasionneront des réparations coûteuses. Certaines belles et puissantes cylindrées suscitent également la convoitise des voleurs plus que d'autres. La Bugatti Veyron Supersport par exemple figure en première place parmi les voitures les plus chères à assurer, avec plus de 50 000 $ de prime annuelle.

Les risques diffèrent également en fonction du lieu de stationnement habituel du véhicule. Les zones urbaines sont de manière générale considérées comme à risque, notamment en raison du plus grand nombre de vols qu’en région. Sans surprise, c’est à Montréal que le coût moyen est le plus élevé au Québec, avec une prime moyenne de 710$.

L'usage qui est fait du véhicule influence aussi le prix de l’assurance auto, que ce soit pour une utilisation à titre professionnel avec des trajets fréquents en heure de pointe, ou alors un usage privé avec quelques allers-retours quotidiens.

Le conducteur et son passé d'automobiliste : un rôle déterminant sur le montant de la prime

Les recherches démontrent qu’un jeune conducteur présente un risque évalué à 5 fois celui d'un adulte. Aussi, l'âge du conducteur influence directement le coût des primes. Un automobiliste de moins de 25 ans avec peu d'expérience de conduite et un permis obtenu depuis moins de 3 ans n'échappera pas à la sentence d'une majoration sur la facture d'assurance auto. À l'inverse, un certain nombre d'années de conduite sans accidents la diminuera sensiblement. Le sexe joue aussi un rôle prépondérant. Statistiquement les hommes ont plus d'accidents et paient des primes plus élevées que les femmes, qui peuvent obtenir jusqu’à 30% de réduction.

Votre coefficient de bonus/malus allègera ou alourdira votre prime annuelle. Un historique de conduite avec plus de 4 réclamations sur les dernières années, des contraventions pour excès de vitesse, des suspensions de permis sont autant de points négatifs. Un dossier vierge jouera au contraire en faveur d'une diminution de tarif.

À l’avenir, le type de conduite détecté au moyen de systèmes de télémétrie pourrait être déterminant pour le calcul de votre prime. Utilisés par de nombreux assureurs en France, ces dispositifs notent vos heures de circulation et testent votre comportement au regard de votre manière d'accélérer, de rouler, de freiner... Les conducteurs témoignant d'un manque évident de vigilance sont pénalisés. Au Québec, à compter de 2016 la SAAQ proposera aux automobilistes qui le souhaitent d'installer un module GPS sous le tableau de bord de leur véhicule pour enregistrer leurs habitudes de conduite.

Vos options et contrats annexes

Plus vous cumulerez d'options, plus le coût de l'assurance sera élevé. Entre la simple assurance au tiers (responsabilité civile) et l'assurance tous risques dotée d'une franchise minime en cas d'accident, la prime peut varier considérablement. Posséder plusieurs contrats (moto, habitation...) au sein d'une même compagnie vous donne matière à négocier une assurance auto à moindre coût. Profitez de votre statut de client fidèle pour demander un rabais sur vos primes.

Publication Réseau Finance : 2016-10-18

À lire également sur Réseau Finance


Le répertoire financier du Québec :