Réseau Finance » Chroniques financières » Sortir de la spirale des crédits


Sortir de la spirale des crédits

Chaque année, l'endettement est un phénomène qui touche un nombre grandissant de ménages québécois.

Sortir de la spirale des crédits

Chaque année, l'endettement est un phénomène qui touche un nombre grandissant de ménages québécois. Aux traditionnels prêts immobiliers se rajoutent bien souvent des prêts à la consommation, toujours plus recherchés dans un contexte économique difficile, ainsi que des dettes liées à l'utilisation de cartes de crédit. Selon une étude récente de la firme de crédit Transunion, 12 % des Québécois ont payé deux fois le minimum dû ou une somme moindre sur une carte de crédit au deuxième trimestre de 2015.

Chaque mois, c'est alors toute une variété de créditeurs qu'il faut peu à peu rembourser. Au montant initial des emprunts se rajoutent bien évidemment les intérêts, souvent calculés en fonction des taux particulièrement élevés. Pour résoudre cette situation difficile et mettre fin à cet engrenage, le regroupement de dettes apparaît comme une solution aux nombreux avantages pour les particuliers.

Rembourser un créancier unique

Le principe est simple : au lieu de faire face chaque mois à une série de remboursements, le consommateur se tourne vers une institution financière, qui devient son unique créancier. En plus de ne devoir s'acquitter que d'un seul paiement mensuel, le consommateur se voit alors proposer un taux d'intérêt bien plus faible, ce qui lui permet de faire des économies substantielles. L'ensemble des créanciers sera ensuite honoré chaque mois, non plus par le particulier, mais par l'institution financière ayant procédé à la consolidation de dettes.

Déposer un dossier pour bénéficier d'une consolidation de dettes

Tous les particuliers n'ont malheureusement pas accès à cette solution et chaque dossier est minutieusement étudié par les banques avant qu'elles ne donnent leur accord. Pour augmenter ses chances de voir son dossier accepté, le consommateur doit pouvoir présenter de bonnes garanties, comme par exemple un emploi stable et une cote de crédit acceptable. Avant de faire sa demande, le particulier doit lister tous les crédits à rembourser et réunir tous les documents officiels faisant office d'attestations. Vendre ses actifs peut également être une bonne stratégie pour regonfler son compte en banque et inspirer confiance aux institutions financières sollicitées.

Démarcher le bon établissement

S'il est recommandé d'étudier les propositions faites par plusieurs banques pour une consolidation de dettes, il faut à tout prix éviter de déposer des demandes auprès d'un trop grand nombre d'institutions financières. En effet, les refus éventuels sont consignés dans un dossier de crédit et pourront nuire durablement à la cote de crédit du consommateur. Mieux vaut en priorité s'adresser à sa propre banque, afin de peut-être bénéficier d'un taux plus avantageux auprès d'un conseiller bancaire connu de longue date.

Éviter quelques pièges

Bien sûr, pour que la consolidation de dettes soit une opération ayant de réelles retombées positives sur un budget, le taux concédé par l'institution financière doit être bien plus bas que celui pratiqué par les créanciers. Pour cette raison, il est souvent recommandé d'être particulièrement vigilant si l'on décide de souscrire ce contrat auprès d'une société de finances, où les taux d'intérêt sont généralement bien plus élevés que dans les banques. Les experts déconseillent également le plus possible d'opter pour un amortissement à long terme, les prêts à la consommation devant, au contraire, être remboursés le plus vite possible.

Rester vigilant une fois son dossier accepté

La consolidation de dettes ne change aucunement la somme totale due, elle permet simplement de simplifier les opérations de paiement et d'alléger sensiblement le montant des intérêts. Attention donc à ne pas replonger dans la spirale des dettes si une nouvelle carte de crédit est délivrée. Il convient également de garder à l'esprit qu'une banque ou une autre institution financière sera certainement plus rigide que des créanciers privés : les consommateurs se doivent donc sans faute d'honorer les mensualités.

Publication Réseau Finance : 2016-10-18

À lire également sur Réseau Finance


Le répertoire financier du Québec :