Réseau Finance » Chroniques financières » Assurance-vie : Pourquoi dire la vérité, rien que la vérité, toute la vérité?


Assurance-vie : Pourquoi dire la vérité, rien que la vérité, toute la vérité?

L'adage populaire dit que toute vérité n'est pas bonne à dire! Cependant, n'essayez pas d'appliquer ce dicton avec l'assurance vie.

Assurance-vie : Pourquoi dire la vérité, rien que la vérité, toute la vérité?

L'industrie de l'assurance vie ne cesse de se raffiner au niveau de sa capacité à obtenir des informations confidentielles sur vous lorsque vous faites votre demande d'assurance-vie. Nous ne sommes plus dans les années 80 alors que les institutions financières souhaitaient éviter d'aller en cour et préféraient régler un litige rapidement.

Ces temps sont révolus. Si vous avez caché quelque chose qui aurait influencé la décision dans l'étude de votre demande, soyez assuré que la police sera annulée à votre décès, et ce, peu importe le nombre d'années qu'elle aura été en vigueur puisque la clause d'incontestabilité de deux ans ne s'applique pas en cas de fraude.

La clause d'incontestabilité

Tout contrat d'assurance-vie au Québec comporte cette clause dont voici la définition :

« Les déclarations faites dans la proposition ou dans tout documents ayant servis à l'acceptation de la protection sont considérées comme vraies et incontestables après que la protection ait été en vigueur sans interruption pendant une période de deux ans, à compter de la date d'effet de la protection ou de la date de remise en vigueur, selon la plus récente des deux dates, sauf en cas d'erreur sur l'âge et/ou en cas de fraude. Dans ces deux cas, l'annulation du contrat par l'institution financière s'applique à vie. »

Malgré votre bonne foi

Nous entendons régulièrement les commentaires suivants :

« Je me suis fait opéré pour le cœur, mais ça fait 20 ans, pas besoin de le dire, mon médecin m'a dit que j'étais comme un jeune homme maintenant. »

« Je ne prends pas les médicaments que mon médecin m'a prescrits car il a dit que je ne faisais pas de diabète mais que c'était à titre préventif, donc à la question si je prends des médicaments, inscrivez « non »! »

« Je fume juste une ou deux cigarettes par semaine, donc la réponse si je fume est « non ». »

« Je n'ai pas de dossier judicaire, alors que j'en ai un. »

« J'ai déjà eu des problèmes d'alcool et je ne le mentionne pas. »

« Je fais de la plongée sous-marine ou autres activités sportives à risque mais je ne veux pas le mentionner. »

« Je voyage dans des pays à risque mais ça pas d'importance, c'est pour des vacances. »

« J'ai eu un cancer il y a 9 ans mais ce n'était pas malin, pas besoin d'en parler. »

« Je fume juste un joint de marijuana la fin de semaine, pas besoin de dire ça. »

« J'ai eu un caillot de sang dans la jambe il a 24 ans mais rien depuis, alors pas besoin de le déclarer. »

« J'ai eu un « burn out » mais ça fait tellement longtemps. »

« J'ai fait faillite mais tout est réglé, alors pas besoin de le dire. »

« J'ai déjà été refusée ou surprimée par une compagnie d'assurance, mieux vaut ne pas le dire car ça pourrait me nuire! »

Comme vous pouvez le constater, les gens peuvent être de bonne foi ou non. Sachez que ce n'est pas à vous de décider si les renseignements demandés dans la proposition sont pertinents ou non pour l'obtention d'un contrat d'assurance vie. Il est important de tout mentionner et surtout, assurez-vous que votre courtier l'inscrive bien dans la proposition, car ce n'est également pas à lui ou elle de décider de votre assurabilité! N'hésitez pas à partager vos interrogations en prenant contact avec nous à SoumissionAssuranceVie.ca!

Publication Réseau Finance : 2016-10-17

À lire également sur Réseau Finance


Le répertoire financier du Québec :